Sélectionner une page

Du plastique biosourcé à partir d’algues vertes

Du plastique biosourcé à partir d’algues vertes

Philippe Lavoisier et Philippe Michon, fondateurs de la jeune entreprise ERANOVAont eu la brillante idée de fabriquer des emballages plastiques biosourcés. Un matériau biosourcé est un produit fait à partir de matières biologiques ou végétales. Pour faire face au désordre sanitaire et environnemental, les fondateurs se sont lancés dans la filière de la macro-algue ! 

Une production durable 

Initiée en 2012, la start-up se base sur un projet de développement de nouveaux polymères biosourcés et durables utilisant un amidon d’origine non vivrière produit à partir d’algues. Concrètement, les ulves échouées sur l’étang de Berre sont collectées par les mairies qui les placent dans des bassins d’eau de mer. Les algues ont cette capacité à s’y reproduire toute l’année et très rapidement. Leur taux de croissance est 20 fois supérieur à celui des cultures terrestres.  

La technique de fabrication consiste à priver les algues de nutriments pour réduire leur teneur en protéines et accroître leur autoproduction d’amidon, la matière première des granulés de bioplastiques. La privation va modifier leur métabolisme pour générer la précieuse molécule. Le procédé breveté, permet de valoriser 99% de la biomasse. L’extraction de ce sucre est réalisée par un procédé de craquage enzymatiqueLe matériau est ensuite transformé en résine. 

Des sacs de macro-algues 

ERANOVA a déjà développé quatre familles de résines différentes. Grâce à elleselle compte produire 15 à 20 000 tonnes de plastique par an. Sacs poubelles, gobelets ou encore emballages alimentaires : toutes les résines exploitées sont biosourcées et recyclables. L’une est même compostable en milieu domestique et une autre biodégradable en milieu naturel ! 

Pour atteindre ses buts, 40 000 tonnes d’algues vertes sont nécessaires. Impossible de ne compter que sur les populations de l’étang de Berre, à même d’approvisionner les bassins à hauteur de 4 à 8 000 tonnes. Le reste sera donc de l’algue « d’élevage », cultivée par l’entreprise à partir de celles récoltées sur les plages.  

Visée : 2025 

ERANOVA est labellisée Programme d’Investissement d’Avenir de l’ADEME 2017 et soutenu par TOTAL TDR, la région Paca et la BPI. Le marché adressé par la société et sa gamme de polymères biosourcés dénommée AlgX est le marché de l’industrie du film d’emballage, celui du contenant en plastique souple et rigide sous toutes ses formes de transformation avec un point focal sur différentes options de fin de vie : biodégradabilité, compostabilité, réutilisation et recyclage. 

L’amas d’algues vertes échouées sur le littoral de Berre est à l’origine de désagréments quotidiens pour les riverains. Après échouage, les algues se putréfient et dégagent des odeurs nauséabondes et toxiques. En effet, ces espèces marines émanent de l’hydrogène sulfuré (H2S) qui oblige les autorités à les ramasser voire à les enfouir par tractopelle.  

En ne s’approvisionnant que des algues échouées dans les Bouches-du-Rhône, l’entreprise participe à l’économie circulaire et réduit l’impact environnemental lié à la mauvaise gestion des plastiques. Le mouvement Less Saves The Planet s’allie aux initiatives d’ERANOVA qui contribuent à la limitation des gaz à effet de serre. 

Pour plus d’informations, veuillez consulter leur site. 

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nos dernières vidéos

Pimp my planet

Contact

Pin It on Pinterest

Share This